Ce produit a bien été ajouté:

img
Recherche Avancée

Étude du Cahier bleu d’André Juillard

Retour à la page précédente

Un approche narratologique de la bande dessinée

Éric Lavanchy

Editeur : Academia Bruylant

Collection : Texte-Image

Année d'édition : 2007

Première édition : 2007

162 pages

16 x 24 cm - 300 gr

Langue : Français

ISBN : 9781872098620

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com

Étude du Cahier bleu d’André Juillard


Academia Bruylant est une maison belge qui publie des travaux d'universitaires, la collection Texte-Image se consacrant entre autres à la bande dessinée. L'aspect du livre reflète sans ambiguïté l'origine de l'éditeur. Peu de fantaisie donc dans l'objet dont l'abord est austère. Le pavé de texte est régulier, avec son en-tête et son folio centrés. Tous les titres sont numérotés, le principe de dénombrement permettant d'identifier la position hiérarchique du texte concerné. Les illustrations sont nombreuses, mais la qualité de leur impression témoigne d'une vocation strictement informative. Insérées directement dans le texte, ce sont le plus souvent des reproductions de cases citées dans la démonstration. Elles ne sont généralement pas légendées. L'ensemble est protégé par une couverture souple de faible grammage dont il faudra prendre soin.

Éric Lavanchy ne se contente pas de développer une théorie sur la narration en bande dessinée. Outre le soin remarquable qu'il apporte à l'illustration de cette partie théorique, par des références de circonstance à la production hergéenne qui fait figure de « degré zéro » du langage B.D., il y a le souci de vérifier le potentiel d'originalité narratrice de la bande dessinée contemporaine.
Pour ce faire, le critique a choisi un auteur que l'on a l'habitude de situer parmi les héritiers de la « ligne claire », André Juillard, et que l'actualité B.D. a remis à l'honneur lors de la prépublication du Long voyage de Léna (Dans Bo Doï, de juin à septembre 2006).
Mais c'est à une production plus ancienne... revenue un peu au devant de la scène en automne 2005, que s'est intéressé Lavanchy : Le cahier bleu, scénarisé et dessiné par André Juillard (chez Casterman, en 1994). Le moins que l'on puisse écrire, c'est que le choix est heureux.
Pour qui veut étudier les procédés de focalisation liés aux deux niveaux narratifs complémentaires de la bande dessinée (monstratif et scriptural), Le cahier bleu, comme l'annonce métonymiquement le titre de l'album, propose un enchâssement de récit et de narrations dont les effets s'avèrent décisifs tant pour les personnages que pour le spectateur/lecteur de leurs aventures.

Préface    p. 7

Préambule    p. 15

Avant-propos    p. 17

INTRODUCTION

1. Pourquoi une approche narratologique ?    p. 19

2. Quelques mots sur Le Cahier bleu    p. 19

2.1. Les premiers pas d'un auteur complet    p. 21

2.2 Une remise en question du dessinateur    p. 21

2.3 Une œuvre ambitieuse    p. 21

2.4. La coopération du lecteur    p. 22

2.5. Un facilité trompeuse    p. 23

2.6. Un « vraie histoire d'amour »    p. 24

PREMIÈRE PARTIE - UNE NARRATOLOGIE ADAPTÉE À LA BANDE DESSINÉE

I. Cadre théorique de l'analyse    p. 29

1. Situation de la critique en bande dessinée    p. 29

2. De la nostalgie à la critique néosémiotique    p. 30

3. Une narratologie comparée    p. 30

II. Délimitation du champ de l'analyse d'après la narratologie littéraire    p. 37

1. Le mode    p. 37

1.1. La perspective    p. 38

1.2. La distance    p. 38

2. La voix    p. 39

2.1. Le temps de la narration    p. 39

2.2. Les niveaux narratifs    p. 40

2.3. La personne    p. 40

2.4. La situation narrative    p. 40

III. De la narratologie cinématographique à la narratologie bédéique    p. 43

1. Un récit double qui combine deux matières d'expression    p. 43

2. Deux modes de commnication narrative    p. 45

2.1. La monstration    p. 46

2.1.1. Du cinéma à la bande dessinée    p. 46

2.1.2. La BD : un art de l'ellipse    p. 47

2.1.3. Un valeur imperfective    p. 50

2.2. La narration    p. 51

3. Remise en question du narrateur et du monstrateur de Gaudreault    p. 52

4. Le « grand imagier » est-il incontournable ?    p. 54

5. Élaboration d'un narratologie plus spécifiquement bédéique    p. 56

5.1. Deux niveaux narratifs concomitants    p. 56

5.2. Tintin et Blake & Mortimer    p. 56

6. Conclusion

IV. Les phénomènes de mode et de voix dans le double récit bédéique    p. 61

1. Le mode : la focalisation    p. 61

1.1. Dans la narration monstrative    p. 61

1.1.1 L'occularisation    p. 61

1.1.2. Les plans semi-subjectifs    p. 64

1.1.3. L'auricularisation    p. 68

1.1.4. L'accès aux pensées    p. 69

1.1.5. L'effet sujet    p. 69

1.2. Dans la narration scripturale    p. 71

1.3. Une focalisation globale composite    p. 72

2. La voix : le récit métadiégétique    p. 73

2.1. La BD et le cinéma opposés à la littérature    p. 73

2.2. Un exemple complexe : une transémiotisation qui n'en est pas une    p. 74

DEUXIÈME PARTIE - ANALYSE DU CAHIER BLEU

I. Louise    p. 81

1. Résumé    p. 81

2. Un récit à dominante monstrative    p. 83

3. Louise omniprésente    p. 84

4. Les pensées de Louise    p. 86

4.1. Les bulles pensées    p. 86

4.2. Quand récitatifs et bulles-pensées se confondent    p. 87

4.3. Une focalisation interne qui n'en est pas une    p. 88

5. « ?!! »    p. 89

6. L'occularisation    p. 90

7. La vision avec    p. 91

8. L'auricularisation    p. 93

9. Un Victor effacé    p. 95

10. L'effet sujet : une absence remarquée et remarquable    p. 97

11. Conclusion    p. 97

II. Le journal de Victor    p. 99

1. Résumé    p. 99

2. Le journal de Victor    p. 100

2.1. Une narration scripturale imposante    p. 100

2.2. Une narration ultérieure et non intercalée    p. 101

2.3. Un Victor omniprésent et « psychologisé »    p. 102

3. La focalisation monstrative    p. 104

3.1. L'effet sujet    p. 104

3.1.1. Une transémiotisation inexploitée    p. 104

3.1.2.    Les images mentales    p. 105

3.2. L'ocularisation    p. 108

3.3. La vision avec    p. 111

3.4. L'auricularisation    p. 112

3.5. Les bulles-pensées    p. 114

3.6. Les bulles-?    p. 115

4. Louise qui lit    p. 115

5. Une lecture translinéaire    p. 116

6. Conclusion    p. 120

III. Bobo !    p. 123

1. Résumé    p. 123

2. Plusieurs témoignages accolés les uns aux autres    p. 123

3. Le niveau enchâssant    p. 124

3.1. Une focalisation variable    p. 124

3.2. La libération de Victor    p. 127

3.3. Louise    p. 128

4. Le récit de Pauline    p. 130

5. Le récit de Victor    p. 131

5.1. La séparation tabulaire des deux niveaux narratifs    p. 313

5.2. La complémentarité entre les récitatifs et les images    p. 131

5.3. La focalisation monstrative    p. 133

6. Le récit d'Elena    p. 134

7. Conclusion    p. 136

Conclustion    p. 139

Annexes    p. 141

Présentation des tableaux récapitulatifs    p. 141

Tableaux récapitulatifs des trois chapitres    p. 143

Bibliographie    p. 151

© 2011 - Stripologie.com / Data Factory, All Rights Reserved | Tous droits réservés. L'utilisation des textes, des photographies et des graphismes illustrant ce site est strictement interdite sans l'autorisation expresse de Stripologie.com / Data Factory. Stripologie.com : tous les livres sur la bande dessinée, monographies d'auteurs de BD, histoire des comics et des mangas, théorie du 9e art.