Ce produit a bien été ajouté:

img
Recherche Avancée

La bande dessinée et son discours

Retour à la page précédente

Communications n° 24

A. Picquenot, M. Covin, U. Eco, V. du Fontbaré, P. Fresnault-Deruelle, G. Gauthier, R. Lindekens, M. Rio, L. Routeau, P. Sohet, B. Toussaint

Editeur : Seuil

Année d'édition : 1976

Première édition : 1976

256 pages

15,5 x 24 cm - 325 gr

Langue : Français

ISBN : 2020043270

Prix conseillé : 6,19 € Prix : 5,88 € Économisez : 0,31 € (5%) Ajouter au panier

Lire aussi

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com

La bande dessinée et son discours


La connotation scientifique dure de ce vingt-quatrième numéro de la revue Communications ne fait aucun doute : l'ouvrage est très dense. Les lignes longues et étroites, l'Avant-propos ouvre le livre dès la page 1 (autant dire qu'il n'y a pas de garde), tandis que la table des matières s'installe en deuxième de couverture, sur le carton. On l'aura compris, les marges sont étroites et ne laissent guère la place pour les annotations. Et puis, il faudra incliner le livre si pour atteindre le bout des lignes dans le pli de la reliure, si l'on ne veut pas casser le dos (carré). Ce qui est plutôt recommandé, car l'ouvrage ayant bientôt un demi siècle, il demande de la délicatesse : dans ce milieu des années soixante-dix, les colles n'avaient pas encore la qualité et l'élasticité qu'elles ont acquis plus tard.

 

Notule de lecture de Harry Morgan et Manuel Hirtz :

Cette approche sémiologique granitique a connu un succès surprenant et fut souvent citée. La contribution de P. Fresnault-Deruelle sur la linéarité et la tabularité est un classique, ainsi que le fragment d'Umberto Eco sur le mythe de Superman.
Pour le reste, les sémioticiens du Centre d'études transdisciplinaires remplacent les « lectures plurielles » de leurs collègues de Tel Quel par une « infinie pluralité ». La préface, écrite dans une langue de papier mâché, érige en système le fait que les communications sont de bric et de broc.

Le texte de Luc Routeau est un affreux pensum de pédant crasseux, ressassant que Jacobs nous montre des apocalypses qui sont « toujours évitées ».

Vicky du Fontbaré et Philippe Sohet énoncent leur credo, à savoir : que la sémiologie apporte des stratégies pour découvrir comment la bande dessinée lit l'histoire et vice versa. Puis, ils démontrent le contraire, en dégageant à partir des bandes dessinées qu'ils connaissent (Tintin, Blueberry) une évolution du héros (du héros-dieu au héros déchiré) – inspirée par F. Lacassin, mais hélas ! parfaitement arbitraire –, avant de lui appliquer des notions de Kristeva (passage du symbole au signe). Ils concluent sur l'enjeu « idéologique » de l'emploi des différents codes, en se basant sur un exemple discutable.
Bernard Toussaint se penche sur l'idéogramme avec l'application d'un Ezra Pound et d'un S. M. Eisenstein. Michel Rio sur le cadre et le plan
Guy Gauthier a mis les Peanuts d'un album entier en fiches, en agrandissant photographiquement les strips et en les décalquant. Il peut attribuer de la sorte à chaque signifiant (délimité par un ensemble de lignes) un signifié univoque. Il reconnaît que Charles M. Schulz peut, à chaque moment, s'écarter de son système. René Lindekens se penche sur la Stripsody de Cathy Berberian. Il y cherche des actants et des prédicats. Se lassant au bout d'un moment, il cherche alors de la détérioration et de la réintégration.

Alain Picquenot a décidé de se lancer dans la sémiotique de l'image. Il commence par se casser le nez sur les grandes vignettes dans Astérix. Ayant pesé quelques banalités avec une perplexité qui n'est pas feinte, il se répète que son étude ne laissera pas que d'être fructueuse. Michel Covin, jouant les mouches du coche, psychanalyse les sémioticiens qui se penchent sur la bande dessinée. Invoquant Baudrillard (il n'y a pas de valeur d'usage) et Deleuze & Guattari (il n'y a que des flux), il révèle que le texte sur la bande dessinée est le résultat d'un déplacement : le plaisir, associé originellement au dessin lui-même, finit par être associé au discours sur la BD. Si le discours universitaire et le discours d'érudition (revue Phénix) sur la bande dessinée sont impénétrables l'un à l'autre, c'est précisément parce qu'ils n'existent que par référence à cet objet commun. Se non è vero, è bene trovato.

Source : Le Petit critique illustré, 2005 - (c) PLG, Harry Morgan et Manuel Hirtz

Grande Presse, Radio, Télévision, Cinéma, Publicité, Chansons et Romans populaires : par toutes ces voies massives d'information et de rêve, dont le développement étonnant caractérise le monde moderne, l'homme de la civilisation technicienne est en train d'élaborer une nouvelle culture. Quels en sont les contenus ? les langages ? les fonctions ? les valeurs ? les effets ? Comment se définit-elle par rapport aux savoir traditionnels, aux autres cultures ? Sur ce sujet, situé au carrefour même de la grande actualité et de la science sociologique, la revue Communications publie les travaux, les réflexions et les questions des chercheurs du Centre d'Études Transdisciplinaires (Sociologie, Anthropologie, Sémiologie), ainsi que de spécialistes du monde entier.

Avant-propos    p. 1

Du linéraire au tabulaire [Pierre Fresnault-Deruelle]    p. 7

Le mythe de Superman [Umberto Eco]    p. 24

Jacobs : narration, science-fiction [Luc Routeau]    p. 41

Codes culturels et logique de classe [Vicky du Fontbaré et Philippe Sohet]    p. 62

Idéographie et bande dessinée [Bernard Toussaint]    p. 81

Cadre, plan, lecture [Michel Rio]    p. 94

Les Peanuts : un graphisme idiomatique [Guy Gauthier]    p. 108

Analyse structurale de la Stripsody de Cathy Berberian [René Lindekens]    p. 140

La grande vignette et le récit [Alain Picquenot]    p. 177

L'image dérobée [Michel Covin]    p. 197

Bibliographie    p. 243

Activités du CETSAS en 1974-1975    p. 247

Ajouter au panier
Prix conseillé : 6,19 € Prix : 5,88 € Économisez : 0,31 € (5%)
© 2011 - Stripologie.com / Data Factory, All Rights Reserved | Tous droits réservés. L'utilisation des textes, des photographies et des graphismes illustrant ce site est strictement interdite sans l'autorisation expresse de Stripologie.com / Data Factory. Stripologie.com : tous les livres sur la bande dessinée, monographies d'auteurs de BD, histoire des comics et des mangas, théorie du 9e art.