Ce produit a bien été ajouté:

img
Recherche Avancée

Co-mix

Retour à la page précédente

Une rétrospective de bandes dessinées, graphisme et débris divers

Art Spiegelman, James Lewis Hoberman

Editeur : Flammarion

Année d'édition : 2012

Première édition : 2012

104 pages

24 x 34 cm - 1 050 gr

Langue : Français, anglais

ISBN : 9782081281493

Lire aussi

PARTICIPER

Un livre sur la bande dessinée que vous souhaiteriez commander mais qui ne figure pas sur Stripologie.com ? Une réaction à l’une de nos notules de lecture ? Une erreur sur la fiche signalétique d’un ouvrage ? Une nouvelle étude consacrée au 9e Art, aux comics, aux mangas dont vous souhaitez nous informer ? Une note que vous avez rédigée et que vous souhaitez nous communiquer ? Vous aussi, participez à Stripologie.com

Co-mix


Grand et bel ouvrage, tout en hauteur, dont les plats très épais sont collés en forte saillie sur la feuille qui entoure les cahiers et forme la couverture. Il s'agit du catalogue de l'exposition itinérante du même nom (« Co-mix »), proposant une rétrospective du travail d'Art Spiegelman et présentée successivement à Angoulême (Spiegelman ayant reçu le grande prix d'Angoulême en 2011, il présidait l'édition du salon en 2012 et y disposait d'une rétrospective), à Paris, à Cologne, à Vancouver et à New York. Ceci expliquant le strict bilinguisme du catalogue, tous les textes étant présents en français (couleur noire) et en anglais (bleue) : les légendes qui accompagnent scrupuleusement chaque reproduction ou les textes d'analyse et de commentaires, composés sur deux colonnes (la bleue à gauche, la noire à droite). Les illustrations en question sont nombreuses, comme il se doit pour un catalogue, et fort bien reproduites. Votre libraire estime qu'll faut complimenter le maquettiste pour la réussite de son travail : le traitement bichromique des deux langues (qui a toutefois tendance à privilégier le français), loin d'apparaître comme une contrainte, procure aux pages une vibration colorée, douce, jamais agressive, qui contribue assurément à leur beauté. Le maquettiste n'est pas identifié en tant que tel dans l'ours qui conclut l'ouvrage, mais il s'agit peut-être de Philippe Ghielmetti, crédité pour le « graphisme », dont on connaît le travail sur de nombreux ouvrages de la maison Dupuis. Une chronologie, une liste de parutions et d'expositions. Pas d'index. Noter qu'une édition de ce livre, dite "Revisited" a été réalisée en 2013 par la maison canadienne Drawn & Quaterly. Cette édition, uniquement anglaise, présente des différences notables avec la présente bilingue.

« Durant plusieurs décennies, Art Spiegelman a donné un sens nouveau au terme "artiste de bande dessinée" – ou, peut-être serait-il plus pertinent de dire que Spiegelman, a donné un sens nouveau aux termes "bande dessinée" et "artiste". La tension entre l'avant-garde marginale et le grand public façonne toute l'entreprise de Spiegelman. Elle est présente dans son travail lorsqu'il est artiste graphique dans le domaine des "beaux"-arts, lorsqu'il crée des cartes à échanger pour une marque de chewing-gum, lorsqu'il participe au mouvement underground de la bande dessinée de l'ère de la contre-culture, lorsqu'il cofonde deux magazines à l'influence déterminante (l'américain Arcade et le plus international RAW), lorsqu'il dessine des jaquettes de livres ou des pochettes de disques, lorsqu'il est illustrateur ou dessinateur de couvertures pour le New Yorker, lorsqu'il réalise des gravures, lorsqu'il est auteur, lorsqu'il est spécialiste de formes obsolètes de la culture de masse, et lorsqu'il - comment dire ? - compose un essai autobiographique sous forme de bande dessinée sans précédent, romanesque mais cependant criant de vérité. Bref, Spiegelman réfute à tous les niveaux le paradigme d'une opposition entre art noble et art populaire. »
James Hoberman
J'ai passé ces dernières années à réexaminer Breakdowns, ma bande dessinée « expérimentale » des années 1970, puis à revisiter Maus, mon œuvre maîtresse, au fil des pages de Metamaus. Et juste au moment où je pensais en avoir terminé, j'ai été sollicité pour préparer « Co-Mix », une rétrospective de mon travail sous la forme de musée itinérant — et ce en dépit des avertissements de Willem de Kooning, pour qui un artiste ne devrait jamais, de son vivant, faire l'objet d'une rétrospective (sachant, bien sûr, que ce fut son cas). J'écoute en musique de fond Bob Dylan qui chante « She's got everything she needs / She's an artist, she don't look back… » [Elle possède tout ce dont elle a besoin / C'est une artiste / Elle ne revient pas sur le passé… ] et j'ai l'impression que quelqu'un a assassiné Spiegelman, faisant de moi son exécuteur testamentaire. J'espère pouvoir un jour me réincarner de nouveau en auteur et dessinateur de bande dessinée underground.
Art Spiegelman, 2012

Tirer ses conclusions : l'art de Spiegelamn [J. Hoberman]    p. 9

Œuvres de jeunesse    p. 18

Underground    p. 22

Topps    p. 24

Breakdown    p. 26

Boris Vian    p. 32

Raw    p. 34

Maus    p. 40

La Nuit d'enfer    p. 48

The New Yorker    p. 52

À l'ombre des tours mortes    p. 58

Bandes dessinées pour enfants    p. 62

Portrait de l'artiste en jeune %@?*!    p. 64

Débris divers    p. 66

Littérature    p. 68

Collaborations    p. 70

Lithography    p. 76

Faire Maus [Robert Storr]    p. 89

Chronologie    p. 96

Bibliographie et expositions    p. 102

© 2011 - Stripologie.com / Data Factory, All Rights Reserved | Tous droits réservés. L'utilisation des textes, des photographies et des graphismes illustrant ce site est strictement interdite sans l'autorisation expresse de Stripologie.com / Data Factory. Stripologie.com : tous les livres sur la bande dessinée, monographies d'auteurs de BD, histoire des comics et des mangas, théorie du 9e art.